5 bonnes raisons de (re)partir au Chili #2

0
44
https://img2.bibamagazine.fr/var/bibamagazine/storage/images/7/2/72508/526423-1/5-bonnes-raisons-de-re-partir-au-Chili-2_reference.png

Des paysages de carte postale entre désert et ville. Du nord à la côte pacifique, on vous embarque dans un tourbillon de découvertes.

Pour se promener avec les lamas

Aujourd’hui, on les trouve surtout dans la cordillère des Andes. Mais Sandra Flores et Carlos Vega (+569 57582490, caravana.ancestral@hotmail.com) ont eu l’idée géniale de faire revivre l’esprit des caravanes ancestrales avec des lamas en hommage aux Indiens Atacamas qui traversaient les Andes vers le sud (l’Argentine de nos jours) pour le commerce. À quelques kilomètres de San Pedro, à Coyo, le couple propose une petite balade en compagnie de lamas. Outre les câlins des camélidés (oui, oui !), cette marche offre l’occasion de parler (en espagnol) à des locaux et d’appréhender leur culture.

Pour se baigner en plein désert

Tant pis pour les geysers à 4 200 m d’altitude, au milieu d’une foule de touristes mal réveillés à l’aube ! J’ai opté pour le calme de la gorge de Guatin, dans un sens puis dans l’autre. En descendant, j’ai vu des formations de roches volcaniques (tuf et andésite) et une petite forêt de cactus composée de trois espèces : le « cordon » (dont le bois a été utilisé pour réaliser les portes et les poutres de l’église de San Pedro), le « coussin de belle-mère » et le « petit vieux ». Qui s’y frotte, s’y pique ! Le lendemain, j’ai commencé à remonter la rivière à 3 300 m d’altitude pour atteindre, après deux heures de marche essoufflée, les sources thermales de Puritama à 3 500 m. Belle récompense devant les piscines naturelles en étages aux eaux entre 25 et 30°. Maillot ou pas, tout le monde saute dedans – des serviettes sont fournies sur place.

Pour voir la vie en technicolor à Valparaiso

Après le désert, retour à la ville. « Valpo », le port mythique du Pacifique, a un air bohème et arty. Il se découvre au fil de ses escaliers vertigineux, de ses ascenseurs d’un autre âge et de ses façades colorées. Son street art est une galerie à ciel ouvert sur les cerros (collines) Alegre, Concepción et Polanco (là, faire attention à ses affaires). Mes lieux préférés ? L’ancienne prison devenue un centre culturel et le bar-restaurant El Internado, repaire de hipsters locaux. Le secret pour cette ville ? Prendre son temps et se laisser porter par les fêtes.

PubImage

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here